Les Seychelles en bref – Leur histoire et leur capitale Victoria

Les Seychelles sont un archipel de 115 îles granitiques et coralliennes, situées au large de l’Afrique de l’Est dans l’océan Indien. La culture et la société Seychelloises sont un mélange éclectique d’influences françaises, britanniques et africaines.

Trois îles sont principalement habitées : Mahé, Praslin et la Digue. Les autres, plus petites, sont pour la plupart des réserves naturelles ouvertes au public, ou appartiennent à des intérêts privés qataris, indiens ou saoudiens.

L’économie des Seychelles tourne essentiellement autour de trois axes. Le tourisme, la pêche et l’industrie de transformation du thon. Le port de Victoria est d’ailleurs le premier port de transbordement de l’océan indien.

Son climat

Les Seychelles ont un climat de forêt tropicale humide avec des températures élevées tout au long de l’année. Juin et juillet sont les mois les plus secs tandis que décembre, janvier et février sont les plus humides.

Son drapeau


Le drapeau des Seychelles se compose de cinq écharpes obliques qui prennent leur origine dans le coin inférieur gauche.
Adopté le 18 juin 1996, il réunit les couleurs des deux principaux partis du pays:
– le Parti démocratique (bleu, jaune)
– le Parti uni du peuple des Seychelles (rouge, blanc, vert)
Il symbolise le passage à l’ère du multipartisme.

Une autre interprétation symbolique est également utilisée :

  • le bleu pour l’océan Indien et le ciel
  • le jaune pour le soleil, source de vie et de lumière
  • le rouge pour le peuple
  • le blanc pour la justice et l’harmonie
  • le vert pour la terre et la nature

La courte histoire des Seychelles en quelques dates

1502

Le navigateur portugais Vasco de Gama découvre des îles sur la route des Indes. Il les appelle alors « Iles Amirantes ». Il est cependant très probable que les navigateurs arabes les connaissaient déjà depuis des siècles.

1609

Un bateau de la “Compagnie anglaise des Indes Orientales”, perdu dans une tempête sur la route des Indes, aperçut des îles et décida d’y trouver refuge. L’équipage découvrit alors un lieu inhabité qui regorgeait d’eau douce, de poissons, de noix de coco, d’oiseaux, de tortues et de tortues géantes. De retour en Angleterre et malgré leurs soutes pleines à craquer de leurs découvertes, le gouvernement Britannique ne poursuit pas l’exploration des îles.

1742

Le gouverneur français Bertrand-François Mahé de la Bourdonnais d’Isle de France — l’île Maurice actuelle — envoie une première expédition à la découverte de ces îles, afin d’assurer la sécurité des positions françaises sur la route des Indes.
Le chef de l’opération Lazare Picault et ses hommes débarquent le 21 novembre sur la plus grande des îles. 
De retour sur l’Isle de France, à peine Picault a-t’il remit son rapport sur les richesses de ces terres à Mahé de la Bourdonnais, qu’il est renvoyé pour approfondir son exploration. L’archipel est baptisé ”Îles de La Bourdonnais” et sa plus grande île Mahé. Un an plus tard, les Français débarquent finalement sur « l’Île de Palmes », l’actuelle Praslin.

Mais quand le gouverneur Mahé de la Bourdonnais est remplacé, les îles sont oubliées.

Pas pour tout le monde, car à cette époque, Praslin est devenue une cachette de pirates !

1756

Un nouvel intérêt pour les îles renaît. Le successeur de Mahé de la Bourdonnais envoie une nouvelle expédition vers Mahé pour s’emparer de l’île et ainsi empêcher les Anglais d’y débarquer. C’est à cette époque que l’île change de nom pour être nommée d’après le ministre des Finances de Louis XV, Jean Moreau de Séchelles.

Une nouvelle fois, les Français se contentent d’y débarquer et d’y déposer une pierre gravées des armoiries françaises, revendiquant ainsi ce territoire comme terre française. Cette pierre est le plus ancien monument des Seychelles et est maintenant exposée au Musée national de Victoria.

Suite à cette expédition, l’île est encore oubliée pendant douze autres années.

1768

De nouvelles expéditions plus régulières reprennent afin d’étudier d’avantage l’île. L’île de Palmes devient l’île de Praslin en hommage au ministre de la marine, Gabriel de Choiseul, duc de Praslin.

1778

Création de la ville « l’Établissement du roi », l’actuelle Victoria, et de son port. Celui-ci devient alors le point de stationnement des navires de corsaires chargés par la France de pourchasser les bateaux anglais dans l’océan Indien. A cette époque, les britanniques avaient pris le contrôle de la plus grande partie des richesses de l’Inde, ce qui déplaisait aux français.

1794

Le 16 mai, les Anglais attaquent les Seychelles. Le gouverneur Français Quinssy, qui dispose en tout de 60 fusils, n’a pas les ressources pour se défendre contre les 1 200 soldats du commandant anglais Newcome.
C’est la raison pour laquelle la capitulation a été signée le lendemain de l’attaque, laissant toutefois aux français le maintien de leurs possessions et de leur administration. Seul changement, Séchelles a été renommés Seychelles, la version anglaise du nom.
Les Anglais ne restèrent pas longtemps sur l’île et il leur fallu attendre les défaites napoléoniennes de 1811 pour qu’ils en prennent réellement possession. Cette même année, le roi britannique, envoya Barthelemy Sullivan pour remplacer Quinssy comme gouverneur des Seychelles.
Mais ce n’est que trois ans plus tard, en 1814 pour que le roi de France céda formellement les Seychelles et l’île Maurice aux Britanniques. 

Le changement majeur qui suivit l’arrivée de la souveraineté britannique fut l’abolition de l’esclavage en 1812, interdiction qui ne fut réellement effective dans l’ensemble de l’archipel qu’en 1836.

1835

« L’établissement du Roi » devient Victoria, du nom de la reine d’Angleterre.

Les premiers habitants des Seychelles

Au début des Seychelles, l’île comptait une trentaine de Français qui régnaient en maître sur quelque 200 esclaves noirs. Ils vivaient du commerce du coton, du café et de l’indigotier, mais aussi de l’agriculture — riz, manioc, maïs et toutes sortes de légumes.

Ces premiers colons, qui n’ont jamais souhaité s’établir durablement aux Seychelles, retournaient sur l’île Maurice dès leur contrat terminé.

Entre 1800 et 1810, la population est passée de 2 000 à 4 000 habitants. Elle était essentiellement composée d’esclaves déportés d’Afrique noire, mais aussi d’immigrés venant d’Inde, d’Europe ou de Madagascar.

C’est une période prospère pour « L’établissement du Roi » qui se développe rapidement, les produits coloniaux se vendant bien en Europe. L’agriculture et la pêche étaient elles aussi florissantes.

1836

L’esclavage a été entièrement aboli et les esclaves, finalement libérés, ont commencé à travailler pour des salaires dérisoires.

En 1839, ils obtiennent le droit de choisir entre continuer à travailler pour leurs employeurs ou devenir indépendants. Beaucoup ont choisi la deuxième option se contentant cependant de culture vivrière sur un lopin de terre cédé par le gouvernement. Ce changement entraîna la perte d’un grand nombre de plantations.

Il se développa alors sur l’île une population de pêcheurs, d’artisans et petits paysans.

1861

Arrivée des premiers groupes d’esclaves affranchis.

1862

Mahé est dévastée par l’unique catastrophe naturelle qui a eu lieu sur l’île, un glissement de terrain – connu aujourd’hui aux Seychelles sous le nom créole de Lavalas – qui fit une centaine de morts et détruisit 30 000 palmiers. Le pays entra alors dans une grande crise économique.
Malgré cela, les vagues d’immigration continuèrent. Les négriers arabes et européens interceptés par la marine anglaise étaient conduits à Victoria où les esclaves étaient libérés.

À la fin du 19ème siècle, c’est au tour de leaders africains opposants à l’impérialisme britannique d’être envoyés aux Seychelles.

En 1900, la population a atteint les 20 000 habitants. C’est à cette même époque que sont construits le premier hôpital et le premier hôtel.
L’économie prospère de nouveau, en partie grâce à l’ouverture du canal de Suez, qui facilita les exportations vers l’Europe. Les Seychelles ajoutent l’huile de coprah, la vanille, le cacao et les clous de girofle à leur liste de produits d’exportation.

1976

Les Seychelles deviennent une nation indépendante.

Victoria, la capitale et le plus grande ville des Seychelles

Située sur l’île de Mahé, la population du Grand Victoria était estimée en 2021 de 22 881 habitants sur une population totale des Seychelles de 98 889 habitants. Autant dire que c’est une toute petite capitale qu’il faut visiter à pied. Il n’y a pas énormément de choses à découvrir, mais la promenade dans les rues animées est agréable, et donne un aperçu de la vie des Seychellois.

Les curiosités rencontrées lors de notre déambulation

La tour de l’horloge


En 1901, année de la mort de la reine Victoria, les Seychelles faisait partie de l’empire britannique. Le gouverneur anglais de l’époque suggéra alors naturellement de construire un mémorial en souvenir de la défunte.
Il proposa cette tour de l’horloge dans le style de Big Ben. Elle fut construite en Angleterre puis transportée aux Seychelles pour être installée au centre de la ville.

Seul hic, le mécanisme de la cloche n’a jamais fonctionné. Il a fallu attendre 1999 pour qu’il soit remplacé par un système électronique et ainsi permettre aux Seychellois d’entendre le son de la cloche !

Le marché Sir Selwyn Selwyn-Clarke, du nom d’un des gouverneurs des Seychelles


Construit en 1840 et rénové en 1999, c’est le lieu le plus animé et coloré de Victoria le samedi matin. Le meilleur endroit pour acheter des fruits et légumes locaux, des épices et surtout du poisson frais.

On trouve également tout un éventail de boutiques de vêtements, d’œuvres d’art locales, de délicieuses pâtisseries et de souvenirs bien sûr.

Cathédrale Notre-Dame de l’Immaculée conception


Cette cathédrale est l’église mère du diocèse catholique des Seychelles.
Elle a été construite à l’endroit où le Père Léon d’Avanchers, missionnaire français envoyé aux Seychelles, fit construire en mars 1851 la première église catholique du pays.
L’unique évêque Seychellois, Félix Paul, décédé le 21 novembre 2001, est enterré à l’intérieur de la cathédrale.

La cathédrale a subi de nombreuses rénovations au fil des ans. En 1993, elle a été entièrement rénovée, à l’exception des murs extérieurs. La dernière rénovation a été achevée en 1995 lorsque le sculpteur Seychellois, Egbert Marday a façonné le tabernacle et les portes sculptées.

Le Temple Hindu Arul Mihu Navasakthi Vinayagar 


Ce temple est le seul temple hindou des Seychelles. Construit en 1992, il a été nommé d’après Lord Vinayagar, le dieu hindou de la sécurité et de la prospérité.

La Domus

Cette magnifique résidence, propriété de la prêtrise catholique romaine à Victoria, a été construite en 1934 pour abriter les missionnaires suisses servant le diocèse de Port Victoria.
La particularité de ce bâtiment en granit de deux étages, est qu’un aqueduc l’alimente en eau potable provenant d’un puits artésien situé à proximité. Dans les années 1960, la Domus abritait une dizaine de missionnaires capucins. Aujourd’hui, elle n’est occupée que par trois prêtres et nombre de ses pièces servent de bureaux administratifs. 

Nous n’avons pas passé beaucoup de temps à Victoria. Juste une demi-journée pour aller au marché. Si vous restez un ou deux jours de plus, voici quelques endroits que vous pouvez visiter.

Le Musée National d’Histoire 

Créé en 1964, il expose le patrimoine historique et culturel unique des Seychelles.


On peut y voir entre autre:
➛ l’Atlas nautique portugais de l’océan Indien de 1519 sur lequel les Seychelles apparaissent pour la première fois
➛ l’historique pierre de possession posée sur l’ile par les Français
➛ l’une des plus petites statuettes au monde de la reine Victoria
➛ ainsi que des objets d’intérêt culturel qui illustrent les traditions et les modes de vie des premiers habitants de l’île.

Le Musée d’Histoire Naturelle des Seychelles

Ce musée accueille des expositions sur la flore, la faune et l’histoire géologique des Seychelles, mais a également vocation à mettre en avant les principales préoccupations environnementales. Son but est de promouvoir les attitudes et les actions positives nécessaires à la conservation du patrimoine naturel du pays.

Le Jardin Botanique National

Le jardin botanique existe depuis 1901. Situé au Mont Fleuri sur une superficie de 6 hectares, il abrite une grande collection de plantes anciennes, exotiques et endémiques. On peut également voir des tortues géantes de l’atoll d’Aldabra, ainsi que des chauves-souris frugivores au sommet des grands arbres.
La dernière attraction construite est une « Maison des Orchidées », qui abrite une collection d’orchidées colorées, y compris des variétés indigènes.

Le mot de la fin

J’ai vraiment aimé découvrir l’histoire des Seychelles. Nous entendons beaucoup parler des plages paradisiaques de ces îles, mais leur histoire est tout aussi importante à mes yeux. Et elle est vraiment surprenante. Plus d’une fois, ces îles ont été découvertes et oubliées, malgré leur emplacement et leurs richesses naturelles. Et si de nos jours les Seychelles sont une destination de vacances de luxe, il ne faut pas oublier que les premiers habitants étaient des esclaves — une évolution qui aurait alors pu paraître impossible.

L’image des Seychelles que je garderai ce sera bien sur la beauté de ses paysages, mais aussi un mélange harmonieux des cultures des peuples qui ont traversés l’histoire du pays, la gentillesse et l’authenticité de ses habitants, et le rythme particulier de l’île. L’effervescence du matin, le jour se lève à 6 h 15 et il fait déjà chaud, et la quiétude des soirées qui commencent très tôt, vers 18h15, à la tombée de la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *