Le Parc National Thingvellir – Un des joyaux du Cercle d’Or en Islande

Le parc national de Thingvellir est l’un des endroits les plus importants de l’histoire islandaise. C’est ici que l’Assemblée nationale l’Alþingi, l’une des plus anciennes institutions parlementaires au monde, fut fondée en 930.

L’Alþingi au parc national Thingvellir

L’Alþingi a été créée par les 32 clans de colons installés en Islande à partir de 874. Ils décidèrent alors qu’il serait préférable de parler de leurs problèmes plutôt que de se battre entre eux. Jusque là, chaque camp avait sa propre assemblée régionale.
Ils fixèrent une réunion annuelle de deux semaines en été, l’occasion pour tous d’en apprendre davantage sur ce qui se passait ailleurs, de promouvoir de nouvelles lois et de régler les différends. Il n’y avait pas de chef en soi, mais un avocat désigné qui récitait les lois aux personnes présentes. Il utilisait la topographie du site comme un mégaphone naturel.

Ces rassemblements servaient également d’événements sociaux. Après des mois d’isolement dans leurs villages respectifs, c’était l’occasion d’échanger, de danser, de boire, de manger et de bavarder. De nombreux jeunes y rencontraient aussi leur partenaire. Sans omettre, bien sûr, les nombreuses bagarres qui avaient lieu. N’oublions pas qu’ils étaient les descendants directs des Vikings !

Ce nouveau parlement fut un succès. Il s’est tenu à Thingvellir jusqu’en 1798, avant d’être transféré à Reykjavik, la capitale de l’Islande.

Un autre but important de ces réunions était la tenue des procès.

Procès et sentences

Avant leur colonisation par la Norvège en 1262, pour chaque coupable, la peine devait être appliquée par les accusateurs. Les châtiments corporels les plus populaires étaient la flagellation, le marquage au fer rouge et l’amputation d’un membre ou de certains doigts.

Après cette date, les sanctions devinrent plus sévères et plus complexes. Les nouvelles règles étaient alors dictées par le roi de Norvège. Ainsi, si des amendes étaient appliquées dans les cas mineurs, dans les cas plus graves, le Parlement imposait des sanctions à divers degrés. Elles pouvaient aller de l’exil, de trois ans à l’exil à vie, jusqu’à la peine de mort. Si un condamné ne respectait pas son exil, il prenait le risque d’être tué par la famille de la victime. De telles histoires de vengeance sont courantes dans les sagas islandaises.

Quelle sentence pour quel crime

Les femmes étaient noyées quand elles étaient coupables de « mauvaise morale ». Les hommes, eux, étaient soit pendus, pour les vols, soit décapités pour les meurtres et les adultères masculins. Pour finir, le bûcher était réservé aux personnes reconnues coupables de sorcellerie.

Chaque sentence son lieu d’exécution

De nombreux noms de lieux à Thingvellir rappellent ces sévères châtiments. Les femmes étaient noyées à Drekkingarhylur (la piscine de la noyade), un petit lac que l’on traverse dans le parc. Quant aux hommes, ils étaient soit décapités sur Höggstokkseyri (le billot) qui se trouvait sur un îlot de la rivière Oxara, ou pendu a Galgaklettur (le rocher de la potence), dans la faille Stekkjargja

Kagaholmi (îlot du Fléau) était probablement l’endroit où les délinquants étaient fouettés, tandis que Brennugja (la gorge du feu) à l’ouest de Flosagja, tire son nom des bûchers allumés pour l’exécution des sorciers et sorcières à la fin du 17e siècle.

Évènements importants ayant eu lieu à Thingvellir

Ce site historique fut également le témoin de deux événements importants pour l’Islande. Le premier, en l’an 1000, fut la déclaration du christianisme comme religion officielle de l’Islande. Cependant, les païens étaient autorisés à adorer leurs dieux nordiques en privé, ce qui évita un conflit civil. Le second, fut la proclamation de l’indépendance de l’Islande le 17 juin 1944.

Thingvellir devient un parc national

En 1928, le site est devenu un parc national, en raison de son environnement tectonique et volcanique particulier. C’est ici que se trouve en effet la plus grande fissure d’Islande, Almannagjá. Elle s’est formée entre deux plaques tectoniques, la plaque nord-américaine et la plaque eurasienne.

On découvre également le plus grand lac d’Islande Thingvallavatn, et la cascade Öxarárfoss, formée par la riviere Öxará.

Depuis 2004, Thingvellir figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO pour son caractère géologique unique et son importance historique.

Notre visite du parc national de Thingvellir

Le parking sur lequel nous nous sommes garés se trouve sur les hauteurs du site (P3 sur la carte). Cela nous permet de commencer notre visite par une vue d’ensemble sur le parc Thingvellir, et en particulier sur la faille Almannagjá. Son surnom : “La marche de la mort”. Pourquoi un nom si lugubre pour un si beau paysage ? Tout simplement parce que pendant les rassemblements de l’Alþingi, c’était le passage qu’empruntaient les accusés pour se rendre à leur procès. Et quelquefois à leur mort !

Thingvellir National Park Almannagjá fault

Almannagjá Fault

C’est incroyable d’imaginer que d’un côté on voit la plaque nord-américaine alors que de l’autre c’est la plaque eurasienne!

Almannagjá fault
Les murs de lave d’Almannagjá

Nous avons ensuite emprunté le chemin rouge sur la carte, en suivant les panneaux qui conduisent aux différents points d’intérêts du parc : la cascade Öxarárfoss, l’église et les maisons de Thingvellir ainsi que la faille de Silfra.

La cascade Öxarárfoss

Oxarafoss Waterfall

La rivière Öxará, une rivière qui relie deux lacs, est un affluent du lac Þingvallavatn. Elle tombe de la faille, formant la cascade Öxarárfoss.

Sur le chemin de l’église, nous avons été étonnés par la beauté du site. Il y a tellement de paysages différents.

L’église du parc national de Thingvellir

L’église a été construite immédiatement après l’adoption du christianisme par l’Islande. Dans la « Kristnisaga« , l’Histoire des Chrétiens, il est dit que le roi de Norvège, Saint Olaf, qui arriva au pouvoir en 1015, apporta le bois pour la construction de l’église. Personne ne sait situer précisément l’emplacement de la première église. Il est même très probable qu’il y ait eu deux églises à cette époque. Ce qui est certain, en revanche, est que l’emplacement de l’église actuelle remonte à 1500.

Thingvellir National Park church

Par contre, l’église que nous admirons n’est pas celle d’origine. Elle a été construite en 1859, et consacrée durant Noël de la même année. Le clocher a été ajouté en 1907 et comporte aujourd’hui trois cloches. Deux sont des vestiges d’anciennes églises. La plus vieille n’a pas pu être datée et quant à la seconde, elle a été donnée en 1698 par l’Évêque Jon Vidalin. La troisième cloche est “la cloche de l’Islande”. Elle a été installée ici en 1944, année durant laquelle l’Islande est devenue une république.

Derrière l’église, se trouve le cimetière national d’Islande. Construit en 1940, il abrite les tombes de deux grands poètes islandais: Einar Benediktsson (1864-1940) et Jonas Hallgrimsson (1807-1845).

Le cimetière paroissial

Thingvellir National Park Parish Cemetery

Il était utilisé par la communauté locale, essentiellement des fermiers, dont les fermes sont maintenant abandonnées. Le dernier prêtre qui y repose est Heimir Steinsson, enterré en 2000. Il était également le directeur du parc.

Fait curieux à propos des églises

Sous le panneau explicatif, la règle en bois servant à la mesure des tissus

L’« ell » (Alin islandais) était une unité de mesure, qui représentait la longueur d’un avant-bras, du coude au bout des doigts. L’inconvénient, était que la mesure variait d’une personne à l’autre, ce qui la rendait inutilisable pour un usage commercial. Pour cette raison, une loi imposa qu’une échelle officielle de vingt ells soit marquée sur le côté de chaque église. 

Pour la mesure de la laine et autres textiles, un étalon en bois de deux ells devait être utilisé. Il devait représenter un dixième de l’échelle officielle vingt ells figurant sur le mur de l’église.

Les maisons du parc national de Thingvellir

Thingvellir National Park prime minister summer house

En 1907, une maison a été construite à coté de la cascade Öxarárfoss, pour le roi Frederik VIII du Danemark. La maison fut appelée “la maison du roi”. En 1930, pour la célébration du 1000e anniversaire de l’Althing, elle fut déplacée au sud, sur les rives du lac Thingvallavatn. Le roi Christian X et la reine Alexandrine du Danemark y résidèrent pendant l’événement.
Le Premier ministre de l’époque utilisa ensuite cette demeure comme résidence d’été. Malheureusement, un incendie en juillet 1970 la détruisit complètement. Le Premier ministre, sa femme et leur jeune fils périrent dans l’incendie. 

Les maisons que l’on voit actuellement ont, elles, été construites en 1930. Elles servaient de résidence pour le responsable du parc et n’avaient alors que deux pignons et un toit en chaume. Après l’incendie de 1970, deux nouveaux pignons ont été ajoutés, qui firent office de résidence d’été pour le Premier ministre. Le responsable du parc logera dans cette maison jusqu’en 1995.
Aujourd’hui quatre des cinq pignons appartiennent au Premier ministre. Le 5e pignons servant de facilités au prêtre et au responsable du parc.
C’est également dans ces lieux que le Premier ministre organise les réceptions officielles du pays.

Nous avons continué notre promenade pour découvrir quelques petites fissures remplies avec de l’eau cristalline.

La faille Silfra

Thingvellir National Park Silfra fault

Les plaques nord-américaine et eurasienne s’écartent en moyenne de 2 cm par an. La faille de Silfra est l’un des points de séparation entre ces deux plaques.

Thingvellir National Park Silfra fault

La faille s’est formée suite aux tensions géologiques sous la croûte terrestre. Une source sous-marine est alors apparue, qui a remplie le canyon déjà formé d’une eau pure et cristalline. 

Silfra est renommé pour la plongée en eau froide. Les adeptes trouveront plusieurs agences qui proposent des plongées avec masque et tuba ou avec des bouteilles. 

Le lac Thingvallavatn

Notre visite touche à sa fin et c’est face au lac Thingvallavatn que nous apprécions nos derniers instants dans le parc.

Thingvellir National Park Thingvallavatn lake
Thingvellir National Park lake Thingvallavatn

Conclusion

Avec son histoire et ses caractéristiques géologiques, le parc national de Thingvellir était l’endroit idéal pour commencer notre voyage en Islande. La nature ici semble être restée la même depuis des années. Des infrastructures ont été construites dans le parc pour faciliter sa visite, mais également pour protéger la nature. Elles ont donc été réalisées avec un grand respect pour le paysage. L’Islande est le pays des amoureux de la nature, et ce parc une excellente première découverte de sa beauté. À faire sans hésitation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *