Randonnée et sources chaudes en Islande – Reykjadalur

La région géothermique de Reykjadalur en Islande est un lieu réputé pour la randonnée et les bains de sources d’eau chaude naturelles.

L’eau bouillante qui s’échappe des sources ruisselle le long des flancs de la montagne pour former une rivière. Comme cette rivière est également alimentée par de l’eau de glacier et de l’eau de pluie, sa température varie tout au long de son cours.

C’est donc à vous de choisir votre spot pour le bain parfait en pleine nature !

La ville à proximité est Hveragerði. Elle est connue pour sa multitude de serres chauffées par l’eau des sources chaudes volcaniques. Elle est donc un foyer important pour l’horticulture islandaise.
Pour le côté pratique, on y trouve un supermarché, une station essence et plusieurs cafés et restaurants. 

Le Rúgbrauð

Avez-vous entendu parler du pain de seigle islandais, le Rúgbrauð ? Vous vous demandez sûrement pourquoi je vous parle de pain ici ? Tout simplement parce qu’il était de coutume, dans les zones géothermiques, de le cuire dans le sol en utilisant les éléments naturels. C’est la raison pour laquelle il est connu sous le nom de ‘Pain volcanique » ou « pain des sources chaudes. « 

La pâte est d’abord préparée avec du seigle noir, de la farine de blé entier, du babeurre, du sirop doré (mélasse claire), de la levure chimique, du bicarbonate de soude et un peu de sel. Elle est ensuite placée dans une casserole en métal munie d’un couvercle. Le couvercle est alors scellé et l’ensemble enterré dans le sol à environ 30 cm de profondeur pour cuire pendant 24 heures.

La région d’Hengilssvæðið

Carte des randonnées

Vous voyez Dyrafjöll, au nord de Hengill ? Une saga folklorique raconte que ce serait ici qu’un jeune fermier aurait tué la femme troll, Jóra, qui s’était endormie alors qu’elle guettait d’innocents vagabonds et cavaliers. 

Le volcan Hengill, point central de la région

Le volcan Hengill, qui est toujours actif, couvre une superficie d’environ 100 km².

Mais il n’y a pas d’inquiétude à avoir, sa dernière éruption date de 2000 ans !

Il est une source d’énergie importante pour le sud du pays. Il alimente deux centrales électriques de la région qui sont gérées par Orkuveita Reykjavíkur (Reykjavik Energie).

Les alentours du volcan

La zone qui se situe autour du volcan Hengill est un site fantastique pour la randonnée, accessible tout au long de l’année. Elle offre ce que l’Islande a de plus beau : des paysages sauvages, une végétation diversifiée, des cratères bouillonnants, des sources chaudes, des rivières et des lacs. 

Depuis 1991, Reykjavik Énergie s’est investi dans l’aménagement des sentiers de randonnée sur le site qu’elle exploite, afin que la région puisse être appréciée par tous. Des itinéraires ont été balisés et des panneaux d’information positionnés au départ des balades.

Vous pouvez télechager la carte depuis le lien :
https://www.on.is/wp-content/uploads/2020/10/hiking-trails-at-hengill-area.pdf,
ou directement sur le site de Reykjavik Énergie:
https://www.or.is/en/ – Rubrique “environnement”.

Sur le terrain, des piquets en bois avec leur sommet peint d’une couleur spécifique à chaque sentier, nous guident à travers les différents itinéraires. Les chiffres que l’on voit sur des petites plaques le long des sentiers indiquent, quant à eux, les distances entre les étapes et les principales destinations.

Notre randonnée

Si comme nous, vous recherchez une petite randonnée couronnée par un bain dans des sources chaudes en pleine nature, vous trouverez à Reykjadalur la combinaison parfaite. 

Nous avons opté pour l’itinéraire de 3,5 km aller qui nous a conduit jusqu’à la partie de la rivière aménagée pour la baignade (du parking jusqu’au point B sur la carte). Il nous aura fallu 3 heures pour faire l’aller-retour. Le sentier est agréable, et même s’il est quelques fois un peu raide, il n’y a rien d’insurmontable. Et franchement, la vue vaut la peine d’une petite suée !

On aperçoit les fumerolles au loin

Et c’est parti…

Nous commençons notre ascension et nous marchons au milieu de cratères avec de l’eau en ébullition et des mares de boue bouillonnante. Des panneaux “danger” signalent que l’eau est à 100˚ C. Je suis toujours émerveillée et un peu effrayée de passer si près de ces sources chaudes. Je les vois comme un lien direct avec le centre de la terre. On est finalement en Islande, là où débute le “Voyage au centre de la Terre” de Jules Verne. 😉

De l’eau en ébullition

Comme pour toutes les randonnées en Islande, il est interdit de sortir des sentiers balisés. Pour notre sécurité tout d’abord, mais aussi et surtout pour la protection de la nature.

Au risque de me répéter, le paysage est grandiose. Mais je vous laisse l’apprécier sur les photos.

C’est le début de notre marche et nous recherchons désespérément la rivière chaude ! Mais notre chemin nous conduit au sommet d’une colline, alors qu’une belle rivière coule au fond de la vallée. Il faut nous rendre à l’évidence. Ce ne sera pas celle-là ! 

Dommage car elle est magnifique!

Nous continuons donc notre ascension, et arrivons sur un plateau. Le temps pluvieux de ce matin a laissé place à un temps plus mitigé et nous avons la chance de profiter de quelques rayons de soleil. Et quand les nuages s’écartent pour les laisser passer, le paysage s’illumine comme par magie…

Le plateau que nous traversons

Et finalement, nous y voilà!

Tout compte fait, ce n’était pas si long que ça, mais l’impatience rend toujours le temps plus long, et nous rêvions d’un bon bain chaud ! C’est quand même un des attraits majeurs de l’Islande.

La partie « baignade » a été aménagée, sur une centaine de mètres. Plus haut se trouve la partie la plus chaude, et une petite piscine y a été construite. Mais comme il y avait un peu de monde, des locaux qui viennent profiter de cet endroit paradisiaque, nous sommes redescendus un peu.



Et voici notre spot de baignade, au calme.
Des petits paravents permettent un peu d’intimité pour se changer, mais en ce qui nous concerne, nous étions plutôt tranquilles. 

C’est l’heure du retour

Après un bon bain chaud, et un grand frisson lors de la sortie de l’eau, nous voilà repartis ragaillardit sur le chemin du retour. 

Nous allons tout au bout du chemin !

Nous prenons le temps d’admirer les plantes et algues particulières qui poussent dans les rivières d’eau chaude. Et quelles couleurs !

Pour finir, la saga des sources chaudes

Comme les Islandais sont friands de conte, ils en ont également un qui parle des « oiseaux de source chaude ». L’histoire se situe plutôt à Olkelduhals et Hagavikurlaugar, deux autres zones géothermiques, mais elle vaut la peine d’être racontée. Il paraîtrait donc que ces oiseaux, petits et de couleur foncée, nagent dans les sources chaudes bouillonnantes. Si vous en capturez un pour le manger, surtout ne vous trompez pas ! Il ne faut pas le faire bouillir, ce qui est complètement inutile, mais l’immerger dans de l’eau froide, il deviendra savoureux et prêt à être dégusté.

Conclusion

Une randonnée à faire sans hésitation. La promenade est très belle, les paysages variés, le chemin très facile d’accès et il est impossible de se perdre. Il faut juste penser à prendre son maillot de bain, car le vrai but est quand même le bain ! Et je vous avoue que c’est exceptionnel de plonger dans une rivière de montagne et de s’y relaxer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *