đŸ‡”đŸ‡± Le Ghetto de Varsovie

Varsovie, capitale de la Pologne, est la plus grande ville du pays avec environ 1,8 M d’habitants.
Sa vieille ville historique est classĂ©e au patrimoine mondial de L’UNESCO.
L’histoire de la ville est tragique. C’est une succession d’invasions, de guerres, de restrictions administratives.  L’épisode le plus destructeur a eu lieu lors de la Seconde Guerre mondiale avec la construction du ghetto. Nous ne pouvions pas visiter la ville sans nous y intĂ©resser.

Pour cette raison, nous avons dĂ©cidĂ© de nous inscrire Ă  2 visites guidĂ©es. Les « free-tours » que vous commencez Ă  connaĂźtre. Le premier sur l’histoire de la communautĂ© juive de Varsovie et le second pour la dĂ©couverte de sa vielle ville.

Pour le 1er tour, nous avons rendez-vous devant L’Église de tous les Saints qui se trouve dans le centre de la communautĂ© juive.

La communauté Juive de Varsovie


Notre guide commence par nous parler de la communautĂ© juive de Pologne, et nous explique pourquoi celle-ci Ă©tait, avant la Seconde Guerre mondiale, la plus grande d’Europe.

Trois raisons majeures:

  1. La dĂ©cision du roi Kasimir le Grand et de ses successeurs d’offrir un refuge aux Juifs persĂ©cutĂ©s dans les autres pays d’Europe.
  2. La crĂ©ation par l’Empereur de Russie Alexandre III d’une « Zone de rĂ©sidence » qui comptait alors la Pologne et la BiĂ©lorussie et oĂč les Juifs russes avaient obligation de s’installer.
  3. Un taux de natalitĂ© Ă©levĂ© dans la communautĂ© juive. 

La ville a Ă©galement connu un afflux important de Juifs aux XIXe et XXe siĂšcles. Pendant l’entre-deux-guerres, la Varsovie juive a prospĂ©rĂ©. Des centaines d’artistes, d’acteurs, d’écrivains et de journalistes y ont Ă©lus domicile.


AprĂšs cette introduction, nous nous dirigeons vers la Synagogue NoĆŒyk, la seule synagogue d’avant-guerre a avoir survĂ©cu Ă  la guerre.

Construite entre 1898 et 1902, elle a Ă©tĂ© restaurĂ©e aprĂšs la Seconde Guerre mondiale aprĂšs avoir Ă©tĂ© endommagĂ©e par un raid aĂ©rien en 1939. Elle fera partie ensuite du petit ghetto et les Allemands l’utiliseront dĂšs 1941 comme Ă©curies et dĂ©pĂŽt. 

De nos jours, elle est toujours active.

En direction des vestiges du Ghetto

Nous nous dirigeons vers un des murs originels du ghetto juif situĂ© au N˚11 rue WalicĂłw, une des limites du ghetto.
Ces murs, que l’on retrouve Ă  diffĂ©rents endroits de la ville, sont les derniers vestiges du ghetto laissĂ©s lĂ  en mĂ©moire.

Pour nous y rendre nous empruntons l’avenue Grybowska, et traversons un des nouveaux quartiers de Varsovie.

WalicĂłw, ancien quartier du ghetto.

Street Art de l’artiste Wiktor Malinowski (2008) sur un ancien mur du ghetto.

Le ghetto de Varsovie

DĂšs l’hiver 1939-1940, les nazis commencent Ă  persĂ©cuter les Juifs et l’ordre de transplantation des Juifs est donnĂ© le 2 octobre 1940. Ils auront 1 mois pour dĂ©mĂ©nager dans le nouveau quartier juif, qui deviendra ensuite officiellement une “zone de contagion”, interdite aux soldats allemands. 

Vestiges des murs extérieurs du ghetto

80 000 non-juifs quittent le secteur, et 138 000 Juifs s’y installent. Le ghetto est fermĂ© le 16 novembre 1940 et un mur d’enceinte est construit. 
Le ghetto de Varsovie sera le plus important ghetto juif au sein des territoires d’Europe occupĂ©s par les nazis.

À plusieurs endroits dans la ville, on peut voir oĂč se situaient les murs du ghetto.

Le ghetto Ă©tait surpeuplĂ©. Comme beaucoup de familles cohabitaient dans le mĂȘme appartement, une note affichĂ©e sur chaque porte d’entrĂ©e spĂ©cifiait combien de coup de sonnette on devait donner suivant la famille que l’on venait visiter.

4 coups de sonnette pour la famille RogoziƄscy.

Nous continuons notre visite Ă  travers la ville pour nous rendre Ă  l’emplacement de l’ancienne passerelle qui reliait le petit et le grand ghetto. Cette passerelle Ă©tait le seul endroit depuis lequel les habitants avaient une vue sur la vie Ă  l’extĂ©rieur.

le Palais Janasz

Nous passons devant le Palais Janasz, bĂątiment historique construit en 1874 pour le financier Janasz selon les caractĂ©ristiques des palaces français, avec une façade nĂ©o-baroque. 
Il fait parti de la courte liste des bĂątiments ayant peu souffert pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1970, l’extĂ©rieur et l’intĂ©rieur ont Ă©tĂ© restaurĂ©s dans leurs Ă©tats d’origine.

Le palace est aujourd’hui le siĂšge des Ateliers Polonais pour la prĂ©servation des monuments.

Nous arrivons aux pieds des colonnes qui symbolisent l’emplacement de la passerelle.

Notre guide nous signale un immeuble un peu plus loin. Il est le seul Ă  avoir survĂ©cu Ă  la destruction du ghetto. On le voit sur beaucoup de photos d’archives.
Il nous explique également que la ligne de tramway qui passe toujours dans cette rue était le « seul lien » entre le ghetto et le monde extérieur. Elle traversait le ghetto en passant sous la passerelle, pour que les Polonais non-juifs puissent traverser le quartier.

Il est difficile d’imaginer aujourd’hui le quartier tel qu’il Ă©tait. Il nous faudra regarder les images d’archives que notre guide nous a amenĂ©es pour le visualiser.

Pour finir notre visite, nous nous rendons sur la place du Monument des hĂ©ros du ghetto. En chemin, notre guide nous parle de l’insurrection de l’Ă©tĂ© 1942.

L’insurection du ghetto de Varsovie

L’étĂ© 1942 la dĂ©portation commence vers les camps de concentration. Suite a cette grande vague de dĂ©portation, la rĂ©sistance juive s’organise contre les forces d’occupation allemandes entre le 19 avril et le 16 mai 1943. 
C’est l’acte de rĂ©sistance juive pendant la Shoah le plus connu et le plus commĂ©morĂ©. La rĂ©sistance fut plus forte que prĂ©vu par les nazis, mĂȘme si l’issue Ă©tait certaine vu le dĂ©sĂ©quilibre des forces.

La fin du ghetto

L’acte final est la destruction de la grande synagogue de Varsovie, et l’incendie du ghetto ordonnĂ© par Hitler, par idĂ©ologie mais surtout pour marquer les esprits. 
Ceux qui y retournent en 1944-45 ne retrouvent plus une trace du quartier dans lequel ils vivaient. Cette â€œmer de ruine” recouvre 300 hectares, soit l’équivalent de 420 terrains de football.


Nous arrivons devant le Monument des hĂ©ros du ghetto, Ă©rigĂ© en leur mĂ©moire et inaugurĂ© en 1948, cinq ans jour pour jour aprĂšs le dĂ©but du soulĂšvement. Il est situĂ© Ă  proximitĂ© de l’endroit oĂč commencĂšrent les affrontements.


On peut voir un groupe de combattants juifs armés de cocktails Molotov, de pistolets ou de grenades. Une jeune femme tient un enfant dans ses bras.
Les flammes derriÚre eux représentent le ghetto incendié par les nazis.


Face au monument, se trouve le Musée POLIN des Juifs de Pologne.


Il est construit sur le site symbolique du ghetto de Varsovie et a été inauguré le 19 avril 2013, pour le 70e anniversaire de son insurrection.
Il parle de l’ensemble de la tradition et de la culture juive durant les mille ans de leur histoire en Pologne.

Notre visite se finit, et nous remercions notre guide de nous avoir parlĂ© de cet Ă©pisode de l’histoire de son pays avec tant de passion.

Pour conclure

Cette visite est Ă  faire sans hĂ©sitation. C’est un beau moment de partage et d’Ă©motions, et notre guide a su mettre le juste ton dans son discours. 
Nous n’avons pas pu visiter le musĂ©e Polin par manque de temps, mais je pense que cela aurait ajoutĂ© un grand plus Ă  cette visite. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *