Batoumi en Géorgie, le Las-Vegas de la mer Noire

Batoumi est la principale destination touristique de Géorgie située sur les rives de la mer Noire. Exactement ce qu’il nous fallait pour un week-end prolongé. Nous avions vraiment hâte de découvrir la ville et surtout d’apprécier ses plages.
Il nous a fallu attendre la réouverture des commerces, hôtels et restaurant pour nous y rendre. Nous étions toujours en période de restrictions dues à la COVID-19, mais nous avons décidé de profiter au maximum de ce que la station balnéaire avait à offrir.
J’avoue qu’en ce début de mois de mars, nous avions conscience que la baignade serait compromise — la température de l’eau frôlant à peine les 10˚C — mais tant pis, nous reviendrons cet été. Il y a 380 km entre Tbilissi et Batoumi, cinq heures de voiture, ce qui nous permettra d’y retourner facilement. 

Batoumi en bref

Située sur la côte de la mer Noire dans le sud-ouest de la Géorgie, Batoumi est la deuxième plus grande ville de Géorgie et la capitale de la République autonome d’Adjarie. C’est en 1991, après la dissolution de l’union soviétique que la région intègre la République de Géorgie, nouvellement indépendante.

La région a son propre drapeau et son propre dialecte, dans lequel on peut retrouver des mots de la langue turque. 

Durant l’époque russe, son climat tempéré et sa situation au pied du Caucase ont fait de Batoumi une station balnéaire réputée.
À partir de 2010, Batoumi commence sa transformation pour devenir la ville qu’elle est maintenant. Des immeubles modernes sont construits, des hôtels de luxe et des casinos apparaissent en bord de mer. Cette nouvelle architecture contraste avec le style belle époques des bâtiments russes classiques du 19e siècle bordant sa vieille ville historique.

Aujourd’hui, la ville est toujours le principal port maritime de la Géorgie. L’économie de Batoumi comprend des industries telles que la construction navale, la transformation des aliments et l’industrie légère. Mais sa principale source de revenu provient du tourisme et des jeux d’argent. 

Ce n’est pas un hasard si le surnom de la ville est le « Las Vegas de la Mer Noire » !

Notre première découverte de Batoumi

Un balcon tout en couleur

Nous sommes arrivés le vendredi dans la journée et avons profiter de notre après-midi pour arpenter les rues de la ville, et découvrir le parc du 6 Mai. Un endroit idyllique où flâner et récupérer de notre longue route. 
Il nous fallait également préparer notre programme de visite du lendemain. C’est donc sur une terrasse de la place de l’Europe, dans le centre historique — que je vous présente plus loin dans l’article — que nous avons savouré une boisson fraîche et organisé notre samedi. 

Une rue de Batoumi
Le Parc du 6 Mai et le lac Nurigeli

Les principaux spots à ne pas manquer

Notre circuit dans la vieille ville de Batoumi, qui se visite tranquillement en deux heures
Le début de notre promenade le long du bord de mer

Nous avons commencé notre visite par la vieille ville pour terminer par le bord de mer, car nous avions inclus dans notre programme du jour un pique-nique sur la plage. Le temps était splendide et la température agréable en ce début de mois de mars. C’était parfait pour notre premier repas de l’année sur la plage !

Nous voila donc parti à la découverte des monuments et curiosités de la vieille ville.

La vieille ville de Batoumi

La place de l’Europe

Pour moi, la plus belle place de la ville. On peut y admirer les bâtiments dans un style Belle Époque du 19e siècle qui ont été merveilleusement rénovés. 

C’est un endroit à retenir pour venir boire un verre en terrasse et admirer les détails de cette architecture somptueuse.

La statue de Médée

Cette statue, dévoilée par le président Géorgien Mikheil Saakashvili le 6 juillet 2007, est dédiée à Médée, une princesse colchidienne de la mythologie grecque.

Dans l’ancienne géographie, la Colchide était un État, un royaume puis une région géorgienne qui correspond actuellement à plusieurs provinces géorgiennes, dont l’Adjarie. Le terme colchide est également utilisé pour désigner l’ensemble des anciennes tribus qui vivaient sur la côte orientale de la mer Noire. 
Selon la mythologie grecque, la Colchide était le royaume d’Éétès et de Médée et la destination des Argonautes. C’était aussi le pays des Amazones. 

Médée et la conquête de la toison d’or par Jason et les Argonautes
La Toison d’or fut le cadeau que Phrixos fit à son beau-père Aeétès, roi de Colchide, à l’occasion de son mariage avec Calciopé (une des filles du roi). 
Cette fourrure d’or, qui provenait d’un bélier, était dotée de pouvoirs divins : quiconque la possédait se voyait accorder la victoire au combat et le pouvoir absolu sur les hommes mortels.

Plus tard, quand Jason et ses compagnons les Argonautes partirent à la conquète de la précieuse toison, Médée — la seconde fille du roi Aeétès — par amour pour lui, l’aida à surmonter tous les obstacles. Elle conduisit Jason jusqu’à la Toison d’Or, endormit un redoutable dragon grâce à ses pouvoirs magiques et protégea leur fuite.

La place Piazza

Une partie de la mosaïque
La tour et sa multitude de cloches

Construite en 2009, elle est un lieu d’accueil pour des événements culturels et de divertissement. 

Au centre de la place, au milieu des terrasses des bars et des restaurants, se trouve une des plus grandes mosaïques d’Europe.
Sur un des côté de la place, une grande tour construite dans le style vénitien joue l’hymne de la Géorgie toutes les trois heures, tandis qu’une autre partie de la place abrite une scène prête à accueillir des groupes et des artistes.

Et c’est donc autour d’un verre ou d’un bon repas que l’on peut pleinement profiter des spectacles qui se jouent en plein air !

Église de Saint Nicholas

Cette église grecque de plus de 150 ans est l’une des plus anciennes de la ville.
En 1854, le maire d’origine grec Ilya Efremidi entreprit de grands travaux dans la ville, alors sous occupation turque. Les autorités turques, en accord avec ses projets, l’autorisèrent à construire ce temple, à la condition qu’aucune cloche n’y soit ajoutée.
Grâce aux dons des paroissiens grecs, la construction de ce qui devint non seulement un bâtiment cultuel, mais aussi un lieu de vie, commença en 1865.
De 1894 à 1898, il abritait des écoles pour les garçons et les filles ainsi qu’une chorale, considérée comme l’une des meilleures de Batoumi.
La cloche que l’on voit actuellement n’a été ajoutée qu’en 1878 par les troupes militaires russes.

La mosquée centrale de Batoumi

Cette mosquée a été commandée en 1886, par la famille d’Aslan Beg Khimshiashvili, un noble musulman géorgien. 
Elle est populairement connue sous le nom de « Jamia au milieu« , car elle se trouvait autrefois entre deux autres mosquées qui n’ont pas survécu.

Cathédrale de la Mère de Dieu

La Cathédrale de la Mère de Dieu à Batoumi est une cathédrale orthodoxe géorgienne, construite à l’origine comme une église catholique en 1897. 

Ce sera notre dernier monument pour cette visite de la vieille ville. Je suis toujours enchantée de traverser des villes dont l’histoire se retrouve dans l’architecture des bâtiments, et admirative quand ils sont bien entretenus pour que nous puissions profiter pleinement de leur beauté.
Je sais que la nouvelle ville sera complètement différente, et c’est avec hâte que nous nous dirigeons vers le bord de mer. Et le pique-nique nous attend ! 

Le bord de mer

Comme prévu, nous apprécions notre pause de midi au bord de l’eau. La mer est calme — il n’y a pratiquement pas de marée sur la mer Noire — et la plage est recouverte de galets. 
Bien sûr, nous sommes partis à la recherche du plus beau caillou, comme tous les enfants autour de nous !

C’est ce bord de mer qui a été pris d’assaut par les promoteurs immobiliers et le long duquel nous allons découvrir les nouveaux buildings, tous bâtis dans des styles originaux. 
Le Boulevard Batoumi, construit en 1881, commence par le « vieux boulevard », avec ses statues et fontaines d’antan, et se termine parmi le béton et le verre des nouvelles constructions.

La promenade peut se faire à pied ou à vélo, sachant qu’il y 6 km jusqu’à l’œuvre « Périlleusement vôtre » — dont la traduction anglaise est « Fliflop on eggs« . Si vous optez pour des vélos, vous en trouverez facilement à louer le long de la promenade. 

La tour Chacha


Pour commencer, qu’est que le chacha ?
Le chacha est une eau-de-vie géorgienne, claire et forte, faite avec du marc de raisin.

La tour Chacha a été créée pour être une attraction touristique, dont le but était d’offrir gratuitement du chacha aux passants, une heure chaque semaine. Quatre fontaines situées à la base de la tour devaient distribuer la fameuse boisson. 
Mais l’attraction n’a pas eu le succès escompté ! 

Donc plus de chacha ici. Mais on peut en trouver ailleurs dans la ville…

Le parc du Miracle

Ce petit parc marque le début du boulevard Batoumi. On y trouve quelque unes des principales attractions de la ville.

La statue de Ali et Nino


Le monument de l’amour.
C’est une statue vraiment magnifique qui a la particularité d’être animée.
Créée en 2010 par les sculpteurs géorgiens Tamar Kvesitadze et Paata Sanaia, elle raconte l’amour entre les héros du roman de Kurban Said : Ali, un aristocrate azerbaïdjanais, et Nino, une princesse géorgienne.
Les figures se rapprochent et fusionnent en une seule entité, sans jamais se toucher.

Malheureusement, nous n’avons pas pu être témoins des retrouvailles de ces deux amoureux !

La grande roue

Un petit tour dans cette grande roue vous offrira une belle vue sur la ville.

Le Phare et la Tour Alphabet

Le phare

Le premier bâtiment du phare a été construit en 1863, sous l’empire ottoman, pour guider les navires entrant dans la mer Noire. Sa lumière blanche peut être aperçue à 14 milles marins de la côte. 
En 1878, un second phare sera construit par les Russes. Mais ce n’est que quelques années plus tard, en 1882, que des ingénieurs français le repense et réalise le bâtiment de 21 mètres de haut qui existe actuellement. 

La Tour Alphabet

La Tour Alphabet, avec ses 130 mètres de haut, symbolise le caractère unique de l’alphabet et du peuple géorgiens. Sa structure représente le symbole de l’ADN. Deux bandes hélicoïdales s’élèvent, sur lesquelles les 33 lettres de l’alphabet géorgien ont été fixées. Chaque lettre mesure quatre mètres de haut et est faite en aluminium.
Un ascenseur dans le centre de la tour permet l’accès à la colossale boule d’argent. Un autre moyen d’avoir une vue panoramique sur la ville !

Pendant que nous nous dirigions vers le boulevard Batoumi, notre regard a été attiré par un bâtiment qui m’a semblé un peu exubérant. Une grande tour pointue sur laquelle a été installée une grande roue miniature dorée !

La tour de Batoumi


Avec ses 35 étages, il s’agit du plus haut bâtiment de Batoumi. Et au risque de me répéter, on ne peut vraiment pas le manquer ! Elle a été construite sous le président Saakashvili et était censée abriter l’université technique de Batoumi.
Le plan n’ayant jamais abouti, des investisseurs l’ont acquise et transformé en hôtel de luxe.  

Nous voilà à l’entrée du Boulevard Batoumi. Et comme vous pourrez le constater dans les photos suivantes, la première partie du boulevard n’a pas beaucoup changée.

Le Boulevard Batoumi en images

Avant…
…après
Une des fontaines dansantes. Un spectacle de jets d’eau.
Une petite cabane à café qui vend un délicieux café !
Une forêt de bambous
Une verrière magnifiquement rénovée qui s’est transformée en restaurant

Le théâtre d’été

Un lieu incontournable l’été, lorsque des troupes du monde entier viennent performer à Batoumi.

Cette réplique de l’ancien théâtre construit en 1949 et détruit par un incendie dans les années 1990, est l’un des bâtiments les plus remarquables du boulevard.
Sa structure et ses façades sont entièrement faites de bois. On peut admirer la complexité avec laquelle les lames de bois, de forme, de taille et de teinte différentes ont été assemblées. C’est cet ouvrage qui fait la singularité et la beauté du bâtiment.

Le petit plus; l’odeur du bois chauffé par le soleil, et qui nous transporte en pleine forêt.


Le Café Fantasy ou Le Poulpe de Batoumi

Le Café Fantasy a été achevé en 1975. Il est immédiatement devenu un lieu de rencontre populaire pour les résidents de Batoumi, particulièrement apprécié des jeunes.

L’ensemble représente un poulpe reposant sur ses huit bras.
Le poulpe, dont le corps représente la mer irisée, est décoré de différents animaux marins, y compris des dauphins —considérés comme un symbole de Batoumi — des hippocampes, des étoiles de mer et des poissons de différentes couleurs.

Les mosaïques et les thèmes du Café Fantasy ressemblent beaucoup aux mosaïques d’Antoni Gaudí dans le parc Güell, à Barcelone, en particulier à sa salamandre en mosaïque multicolore.

Un peu d’histoire:
Pendant la période soviétique, les visiteurs pouvaient y acheter du café fraîchement moulu, des glaces et des boissons gazeuses. Par contre, en raison de son emplacement près de la frontière stricte entre l’URSS et la Turquie, il devait fermé à 22 heures tous les soirs.

Tout au long de la promenade, vous pourrez également traverser un Jardin Japonais, longer des mares où des canards multicolores pataugent, ou profiter d’un banc pour prendre le temps d’apprécier l’ambiance relaxante du parc. 
C’est un lieu prisé des habitants de la ville, et il y avait beaucoup d’animation en cette belle journée. Un petit air de vacances !

Les nouveaux buildings qui fleurissent le long de la balade

Même si ils sont complètements différents des bâtiments de la vieille ville, je trouve qu’ils ont également leur charme !

Périlleusement vôtre ou FlipFlop on eggs

Nous avons atteint le but de notre visite, la sculpture « Périlleusement vôtre » de l’artiste française Elisa Fantozzi.

Les tongues mesurent 5,5 m de long sur 2,30 m de large., sont posées sur douze œufs de 1,60 m de haut et 1 m de large

Cette oeuvre symbolise la démarche périlleuse d’un pays “neuf”.

Cet ouvrage a sa petite histoire. Batoumi a, en quelque sorte, “chipé” le monument à Tbilissi.
En 2009, l’artiste s’est rendue à Tbilissi, où elle a présenté une paire de baskets montées sur des œufs. La symbolique de l’œuvre a alors plu au maire de Tbilissi qui en a gardé une maquette sur son bureau.
Mais c’est Batoumi qui a passé commande en premier, demandant que les baskets soient remplacées par des tongues. Et oui, nous sommes en bord de mer !

La promenade continue plus loin le long de la plage, mais pour nous c’est ici que nous nous sommes arrêtés. Il ne nous reste plus qu’à rentrer en profitant du bord de mer.

Comment se réjouir d’une vue époustouflante sur la ville

Il existe deux autres options pour découvrir des vues panoramiques sur Batoumi et ses environs.
La première est d’emprunter le téléphérique Argo depuis le centre-ville et la seconde de se rendre au Monastère de Sameba. C’est cette deuxième option que nous avons choisie.

Le téléphérique Argo

La station du téléphérique se trouve dans la rue Gogebashvili. Le téléphérique mène à la colline Anuria, à 256 mètres d’altitude, où se trouve le complexe de divertissement culturel des hautes terres « Argo ». Vous pourrez admirer la vue, mais aussi profiter d’un restaurant ainsi que de magasins de souvenirs et de vins.

le Monastère de Sameba, également appelé Église de la Sainte Trinité

La Cathédrale de la Sainte-Trinité de Batoumi est située à environ 8 kilomètres de la ville, sur le mont Trinité.
(Si vous n’avez pas de voitures, vous pouvez prendre un Bolt, qui est d’ailleurs un moyen très pratique et bon marché pour se déplacer en ville ici.)

Un peu de son histoire :
Elle a été construite dans la seconde moitié du 19e siècle,
mais a cessé de fonctionner dans les années 1930. Elle servait alors d’entrepôt.
Ce n’est qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale que les membres de l’église orthodoxe de Batoumi ont demandé à l’évêque de Géorgie l’autorisation de la faire fonctionner de nouveau. En 1947, la cathédrale a enfin été réouverte. 
Après sa restauration, les habitants ont fait don de livres d’église, d’icônes et d’autres objets. 

Malheureusement, la cathédrale a été incendiée et complètement détruite en 1976, pour être reconstruite en 1979.
L’intérieur de l’église est magnifique, comme dans beaucoup d’églises géorgiennes. Il y a toujours beaucoup de portraits, et leurs petites tailles rendent l’ambiance intime et confinée. 

Avant de repartir, nous nous sommes attardés sur les terrasses du monastère pour profiter de la superbe vue sur la ville et la mer Noire qui s’offrait à nous.

Si vous avez encore du temps

Le jardin botanique de Batoumi

Malheureusement, quand nous sommes allés à Batoumi, le jardin botanique n’avait pas encore réouvert. Je l’ai cependant gardé en mémoire pour notre prochaine venue ici. Et je pourrais alors compléter cette partie avec mes photos et mes commentaires !

Le jardin botanique est situé à 9 km du centre de Batoumi, et s’étend sur 111 hectares.
Créé en 1912 par l’éminent botaniste et géographe Andrey Krasnov, il présente l’une des plus grandes variétés de flores au monde.  

Le mot de la fin

Nous avons passé deux jours très agréables à Batoumi. La découverte de la ville a été une vraie surprise, et nous avons aimé notre promenade le long de la mer. J’avoue cependant que j’attends avec impatience de pouvoir y retourner pour profiter pleinement de la plage, et de son côté « Las Vegas » ! Je ne suis pas une grande joueuse, mais de temps en temps, j’aime la montée d’adrénaline que les paris peuvent procurer. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *