Islande – Randonnée sur le glacier Falljökull

Un de mes plus beaux souvenirs d’Islande !


Avant de vous présenter le glacier et la randonnée que nous avons faite, laissez-moi vous parler du parc de Skaftafell. C’est un parc magnifique qui se situe au pied du plus grand glacier d’Europe, Vatnajökull. Les deux étant des trésors nationaux.

L’histoire de Skaftafell

Au début de la colonisation de l’Islande, Skaftafell était une grande ferme. En 1362, une éruption du volcan voisin Öræfajökull anéantit toute la communauté locale; le district sera alors nommé Öræfi, le «  terrain vague « . 
La reconstruction de Skaftafell a été rapide, comme ce fut le cas pour de nombreuses autres fermes. Mais le climat difficile et les fréquentes éruptions d’un autre volcan Grímsvötn rendirent la production agricole de plus en plus difficile, ce qui conduisit à l’abandon de l’agriculture dans la région en 1988.

Le parc national de Skaftafell fut créé en 1967. Il contenait la vallée de Morsárdalur, la montagne Kristínartindar et le glacier Skaftafellsjökull (un éperon de la calotte glaciaire Vatnajökull). Ce n’est qu’en 2008 qu’il intégra le parc national de Vatnajökull.

La région de Skaftafell est réputée pour ses nombreux sentiers de randonnée, dont une promenade à la cascade de Svartifoss, une des merveilles du parc. Le nom Svartifoss , littéralement la “ cascade noire ”, provient des colonnes de basalte noir qui entoure la chute d’eau.

D’un côté pratique, le parc national de Skaftafell dispose d’un centre d’accueil, d’un café, d’un terrain de golf, d’une piscine et d’un bon terrain de camping.

Le glacier Vatnajökull


Le majestueux glacier Vatnajökull est le plus grand glacier d’Europe, couvrant environ 8 000 kilomètres carrés, soit environ 8 % de l’Islande. La calotte glaciaire culmine à 1 600 mètres d’altitude. Sous le glacier, se trouve Grímsvötn, l’un des volcans les plus tristement célèbres et les plus actifs d’Islande, qui a éclaté pour la dernière fois en mai 2011.


Le glacier que nous allons  » affronter  » est le glacier Falljökull, une gigantesque cascade de glace qui descend du glacier Vatnajökull vers l’océan. D’ailleurs, son nom signifie  » le glacier tombant « . C’est un des glaciers les plus accessibles mais aussi l’un des plus impressionnants d’Islande.
Il n’y a pas à proprement dit de lagon au pied du glacier, uniquement un petit lac, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en aura jamais. Avec le réchauffement climatique et le retrait des glaciers, des lagons se forment rapidement et naturellement aux pieds de nombreux glaciers.

Dans sa partie terminale Falljökull est accolé au Virkisjökull. Dans le coin en bas a droite de la carte

Notre balade:

Pour cette randonnée sur un glacier, nous avons réservé un tour avec un guide, ce que je conseille fortement. Les organisateurs nous ont fourni tout le matériel nécessaire, incluant des chaussures de randonnées d’hiver. Un autre aspect est que la marche sur glacier peut être dangereuse si on ne connaît pas l’endroit. On n’est jamais à l’abri de crevasses. Et pour finir, on apprend toujours beaucoup avec un guide, ce qui a été cas lors de cette balade.

Le glacier de Falljökull que nous avons découvert

Nous avons commencé par une petite marche d’approche qui nous a menée au pied du glacier. Le temps est superbe et la vue grandiose. Nous apercevons le glacier au loin et traversons une plaine à la végétation rase et colorée.

Après 20 min de marche, nous atteignons la glace et pouvons enfin enfiler nos crampons. Après quelques petits conseils de notre guide pour marcher avec, c’est le moment tant attendu. Nous partons à l’assaut du glacier.

Nous prenons bien soin de marcher dans les pas de notre guide, car il y a des crevasses. Même si certaines sont visibles, on n’est pas à l’abri d’en croiser une recouverte par un pont de neige. Et c’est le piège !

Après quelques mètres, nous rejoignions une petite grotte sous-glacière.

Elle n’est pas profonde, mais suffisamment pour admirer la glace bleu azur, l’une des teintes les plus remarquables de la nature. C’est toujours surprenant, sachant que la neige est blanche. Pourquoi ? La réponse rapide est que les couches de neige gelée absorbent les autres couleurs du spectre lorsque la lumière du soleil les traverse, et que seule la couleur bleue reste alors visible.

Nous repartons et grimpons le glacier. La balade n’est pas difficile, ce qui nous permet de profiter pleinement de la beauté du paysage.


Ces petites boules de mousse sont un phénomène bien particulier qui n’apparaît que sur les glaciers. Il s’agit des petits cailloux qui roulent très lentement sur la glace au rythme du déplacement du glacier, et qui se recouvrent de mousse. Ils se transforment en petites balles douces et légères que l’on peut prendre dans la main. On les appelle les  » souris de glacier « .

Après une petite pause photo à la fin de notre ascension, nous redescendons.


Notre guide nous explique pourquoi le glacier prend cette forme particulière, comme une succession de triangles. Le glacier suit le terrain sur lequel il évolue. Ainsi, quand la pente du terrain s’accentue et devient abrupte et que le glacier suit cette dépression, la glace craque sur le sommet du glacier et forme ces petits triangles.

Et c’est avec prudence, en prenant bien soin de planter nos crampons dans la glace pour ne pas glisser, que nous rejoignons notre voiture.

Conclusion

Lorsque nous avons commencé notre randonnée, notre guide nous avait montré le point final de notre ascension, qui se situait approximativement au milieu du glacier. Nous étions un peu surpris, car vu d’en bas, on avait l’impression que c’était vraiment proche. Mais finalement, il nous aura fallu cinq heures pour faire le tour. Mais cinq heures de découverte et d’émerveillement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *